Association Art'As

La spiritualité ne fait partie de mon monde que depuis peu de temps.


Je n’étais auparavant intéressé que par le sport, les copains et la fête, et je pensais à cette époque qu’une voie spirituelle ne pouvait qu’être ennuyeuse et triste, un lieu où l’on mangeait des choses fades et insipides, et où les plaisirs de la vie étaient absents. La perte de mon deuxième fils à huit mois de grossesse m’a mis devant des questions qui restaient sans réponse : « Quel était le sens de ce que mon épouse et moi venions de vivre ? Allions-nous en souffrir toute notre vie, ou est-ce que cette expérience allait nous faire grandir plutôt que nous aigrir ? »

Il se trouve que le gynécologue de ma femme était aussi enseignant dans une voie spirituelle qui se nomme Art’As. Il nous a permis de surmonter dignement cette épreuve et d’entrevoir un futur heureux possible. Depuis, mon épouse et moi-même sommes devenus adhérents de cette Voie, et j’ai découvert bien évidemment que cela n’a rien à voir avec ce que j’imaginais d’une voie spirituelle. La recherche d’un meilleur de soi passe par des moments de vie intense, joyeux et vivants.

L’homme intolérant que j’étais tente d’aimer plus les gens qui l’entourent. J’ai plus de compréhension et d’amour sur mes maladresses et mes imperfections. Je me mets de moins en moins souvent en colère, ma vie est devenue plus intense et plus vivante. Je remercie régulièrement la chance d’avoir un fils et une épouse en bonne santé, une vie heureuse, et la chance de pouvoir donner plus de sens à ma vie grâce à ma pratique spirituelle. Car j’ai conscience que cela est si fragile et si précieux

N.B : Témoignage d'une personne faisant partie de l'association Art'As